mardi, mai 21 2024

Chaque passionnés a un jour pensé à la « bonne affaire » et à restaurer une voiture de collection pour lui rendre tout son lustre et ses performances d’antan. C’est vrai que la plupart des anciennes sont techniquement très simples. Un bon bricoleur va trouver un terrain de jeu original et très enrichissant à se lancer dans un tel projet. Ceci étant dit, les destins de ce type d’entreprise sont très variés et il s’avère nécessaire de bien réfléchir avant de se lancer dans une restauration sous peine de cruelle désillusion. Mais la restauration intégrale d’une voiture est une expérience irremplaçable, le fait de redonner vie à une épave, dont on connaîtra désormais le moindre boulon, la moindre soudure, la moindre connexion électrique est une aventure unique !

Projet restauration MGA

La restauration d’une auto de collection doit se considérer comme un véritable « projet », que l’on peut assez facilement comparer à celui d’une maison. Il y a du gros-oeuvre, du second-oeuvre, des finitions et des domaines aussi variés que la tôlerie, la peinture, l’électricité et la mécanique.

Pour entreprendre soi-même la restauration d’une voiture, et que l’aventure ne tourne pas au cauchemar, il est des questions préalables à se poser pour d’abord évaluer la FAISABILITE du projet:

– Ai-je les compétences requises ?
– Ai-le la place requise ?
– Ai-je le temps requis ?
– Ai-je l’outillage requis ?

Chacun pourra comprendre que régler l’allumage ou changer les plaquettes de frein, ce n’est pas la même chose que remplacer un longeron ou refaire un moteur. Et même si vous avez de réelles compétences, il est rare d’être aussi bon soudeur, chaudronnier, mécanicien, peintre, électricien ou sellier. Soyez objectif sur vos compétences réelles et sur ce que vous devrez sous-traiter.

Formage avant soudage

La place est aussi un élément crucial. Un vaste garage (50 m2 mini) bien éclairé dans lequel on peut stocker toutes les pièces démontées, son outillage et se déplacer autour de la voiture est également indispensable. N’espérez pas mener une restauration dans un box de 15 m2 sans électricité.

Un grand garage

La question du temps disponible est cruciale. N’étant pas professionnel vous allez passer 2h là où un pro ne passerai qu’une heure. Et comme en plus vous voulez-faire bien … bref, selon vous êtes un cadre surbooké qui rentre à 21h tous les soirs ou que vous travaillez à mi-temps, ça ne sera pas du tout la même chose.

Enfin se pose la question de l’outillage. L’habituel jeu de clés ne suffit plus. Presse, perceuse sur colonne, clé dynamo, palmer, cric rouleur, chandelles, sableuse, démonte-soupapes, poste à souder MIG et une foule d’autres outils vont se révéler indispensables pour mener le projet. Un petit pont à ciseaux ou un petit tour peuvent s’avérer particulièrement précieux. Les avez-vous ? Pouvez-vous vous les faire prêter ? Est-ce opportun d’investir dans un outillage qui ne re-servira peut-être pas ?

Petit tour

Si ces premières conditions sont réunies, vous allez devoir évaluer le COUT du projet et le PLANIFIER. C’est à l’issue de ces dernières estimations que vous déciderez alors de vous lancer ou pas. Gardez à l’esprit que 500 h. de travail représentent à peu près 10h. hebdomadaires pendant 1 année pour pouvoir planifier le projet, en fonction de vos disponibilités.

Pour évaluer le coût du projet quelques préalables à intégrer :

– Une voiture abîmée l’est en général plus que ce qui est visible.
– Le travail de carrosserie est très variable d’un type de voiture à l’autre.
– Le prix des pièces est très variable d’une voiture à l’autre
– La restauration professionnelle d’une voiture nécessite entre 750 et 1.500 heures de travail. Donc probablement le double pour un non-professionnel

Sur le plan budgétaire, si vous vous lancez dans la restauration d’une voiture rare dont les pièces sont introuvables, vous risquez de vous retrouver dans l’impasse. Mais si vous vous lancez dans la restauration d’une populaire « bon marché » la restauration risque de vous revenir 2 à 3 fois la valeur vénale de la voiture sur le marché. Il faut donc bien cibler votre projet… et connaitre parfaitement le modèle sur lequel vous aller jeter votre dévolu.

Poignées rechromées

Lors de l’achat de la « base » à restaurer, il ne faudra pas forcément focaliser sur le prix d’achat, mais sur la somme à investir pour obtenir le résultat souhaité. 1.000 euros de plus consentis à l’achat c’est peut-être 3.000 euros et 2 mois de moins à passer sur la restauration ! Un exemple : le rechromage des pare-chocs, poignées, cadres de vitres … est très onéreux, on peut aller jusqu’à plusieurs milliers d’euros. Il est donc important lors de l’achat de préférer un modèle dont les chromes sont en bon état !
D’une façon générale, évitez les annonces proposant des « projets à terminer » ou des voitures « complètes à 90% ». C’est l’archétype des galères qui se refilent de main en main…

Démontage intégral de la voiture

Toute restauration commence par un démontage intégral de la voiture. Du soin apporté au démontage va dépendre la facilité du remontage. Quelques règles d’or :
– Photographiez TOUT ce que vous démontez, avant, pendant, après, pour voir comment c’est installé
– Rangez tout soigneusement, dans des cartons ou casiers avec un marquage approprié
– Stockez chaque ensemble ou pièce avec logique, selon la fonction des pièces
– Ne jetez jamais RIEN, même si ça vous semble HS !

On range tout soigneusement !

Le plus lourd, dans une restauration, c’est la remise en état de la carrosserie. De l’état des surfaces, de l’alignement des ouvrants, de la qualité de la mise en peinture va dépendre l’allure générale de la voiture. C’est bien de remplacer une aile ou une joue de porte, mais si elles ne sont pas parfaitement ajustées ça va gâcher l’ensemble. Même chose avec un sablage trop violent (erreur fréquente) qui déforme les panneaux de tôle ! Le choix de sous-traiter le poste carrosserie à un pro peut s’avérer le bon choix, tant en terme de délai que de coût final.

Décapage intégral de la carrosserie

Si la voiture doit partir au sablage intégral, il ne doit plus y avoir le moindre élément à réutiliser, notamment le faisceau électrique doit être entièrement démonté. A ce sujet, nous vous conseillons de refaire ce dernier. Avec les ans, les isolants deviennent cassants, l’humidité a généré de la corrosion interne qui augmente la résistivité des fils : vous avez tout intérêt à prendre du neuf. Le vieux faisceau peut alors servir de patron.

La mécanique B20 Volvo

La restauration de la mécanique et des trains roulants ne pose « en général » pas de problème structurel. Les manuels d’atelier de la plupart des modèles sont disponibles sur la toile et décrivent les choses en détail. Une des règles est également de ne pas se disperser : on termine une pièce ou un ensemble fonctionnel avec de commencer autre chose.

La mise en peinture est une étape cruciale

Il serait utopique de vouloir aller plus loin et de décrire un mode opératoire, la seule constante étant d’être ordonné, méticuleux et assidu, quel que soit le modèle de la voiture à restaurer.

Le résultat est à la hauteur de l'implication

Re-précisons enfin une chose : la restauration d’une voiture de collection soi-même est un véritable défi. Une aventure technique et humaine unique et inoubliable qui, comme tout défi, apportera son lot de satisfactions et de déceptions. Mais à l’arrivée, vous aurez la satisfaction de « l’avoir fait » et vous conduirez une voiture dont vous connaissez absolument tous les détails et recoins !

 

Previous

BMW 2002 : Elle a tout d'une grande

Next

Citroen Mehari lifestyle

33 comments

  1. C’est très beau en théorie, mais le problème général qui fait que la plupart des voitures sont très difficiles à restaurer est l’absence totale de pièces de rechange, même pour des autos de années 80. Imaginer un débitmètre HS, de la connectique plastique cassée, des baguettes plastiques de porte tordues ou manquantes, alors que ces éléments ne sont plus fabriqués depuis des lustres… C’est cuit pour une restauration, ça va « se terminer  » en bricolage ou en récupération de pièces d’occasion déjà fragilisées ou usées.
    C’est ça en pratique, c’est du vécu !

    1. @Adrien
      Votre remarque est juste. C’est vrai que dans notre esprit, nous avons plus ciblé des voitures techniquement simples, d’avant 72 (sans injection pour la plupart) et une électricité basique, pas les Youngtimers des années 80. Les photos d’illustration montrent une MG A de 1959, une 911 de 1970, une Alfa de 69 et une Karmann-Ghia de 58…
      Mais les exemples que vous citez ne sont pas bloquants : un débitmètre d’occasion vérifié peut se trouver et un connecteur se remplacer par un autre !

  2. De prime abord : RIGUEUR doit-être le maître mot.

    Il faut effectivement tout repérer. Il ne faudra pas hésiter à acheter une épave comme banque de pièces. Mais le conseil de mettre un peu plus d’argent dans la base est judicieux, ne pensez pas seulement que de partir d’une voiture en mauvais état est un bon plan.

    Quant aux populaires, il vaut mieux acheter en excellent état de carrosserie et de sellerie, sinon le budget explose à vitesse grand V. Et attention, sur certaines populaires des années 80 il devient très difficile de trouver des pièces. Elles ont souvent été sacrifiées dans les reprises et les concessionnaires ont jeté les stocks.

  3. C’est exact ce qu’écrit Adrien. Je suis confronté au problème avec un véhicule de seulement 1979. Mais il y en a d’autres identique à vendre sur le marché et le « canibalisme » d’un modèle pour aller sur un autre est une pratique courante dans le monde de la restauration. Dans le passé, nous pratiquions cette méthode de récupération dans l’aviation militaire sur de vieux modèle d’avion. Il n’y a rien de neuf à cela !

  4. Totalement d’accord avec Alain. Refaire un bas de porte corrodé revient au même prix sur une Ferrari que sur une R5 … c’est pourquoi l’aspect financier ne doit pas être la motivation pour une restauration. A mon avis l’article est « gentil » sur l’aspect du temps à passer. Faut appeler un chat un chat : la restauration d’une voiture soi-même c’est possible si on est retraité, chomeur ou prof avec 20 h de cours par semaine (je parle en connaissance de cause je suis prof). Et combien de couples ont explosé parce que tous les week-ends de monsieur se passaient dans le garage !

    1. J’ai travaillé 25 ans dans des garages et concessionnaires divers, tant en France qu’en Amérique du Nord. Tous les travailleurs se doivent d’être inscrit au Comité Paritaire de l’Automobile, de passer les examens théoriques et pratiques qui donnent droit à une carte de compétence. J’ai commencé par tôlier-carrossier et plus tard peintre-finisseur. Des voitures de collection, j’en ai fais quinze; européennes et américaines. Je ne connais rien en mécanique, j’attends de trouver le modèle qui me plaira à vendre avec la mécanique fonctionnelle. Il y a un peu partout des garages à louer avec tout le matériel sur place, une chambre à peinture avec aspiration par le sol et le four fera mon affaire. J’écarte les chambres à peinture avec aspiration au fond à cause des isocyanates.

  5. Restaurer une voiture, c’est un rêve de gamin pour moi.
    Le problème c’est que je n’ai pour le moment ni le temps, ni la place. Donc c’est un rêve que je remets à plus tard pour le moment.
    Mon père a acheté une vieille 2CV à retaper il y a quelques années. Il n’a pu s’y mettre réellement que cette année, 1ère année de sa retraite.
    Donc c’est sûr qu’il faut de l’argent pour restaurer une voiture, mais le vrai problème réside dans le temps 😉

  6. Après beaucoup de choses dépendent de la base de laquelle ont part ! L’achat initial est ultra-primordial : il ne faut pas acheter une épave mais il ne faut pas acheter une restauration finie , il faut absolument trouver le bon compromis et ne pas hésiter à élever son investissement.
    Enfin pour sa première restauration prendre un modèle qui roule et qui possède une mécanique simple à analyser.
    Attention la tôlerie n’est pas à prendre à la légère au contraire !
    Mais bon si vous êtes en galère sur un truc faut pas hésiter à s’appuyer sur la communauté internet, ça fait faire des rencontres en plus !

  7. Moi je restaure une fiat 850 spider de 1967, et cela fait 3 ans que je suis dessus. Evidemment j’ai attendu d’être en retraite pour commencer l’aventure. Question pièces de rechange, j’ai écume pas mal de site de ventes de pièces aussi bien en France qu’à l’étranger et je me suis lancé lorsque j’ai vu que tout pouvais se trouver. Merci internet. Ma voiture aura des pièces qui viennent de Californie car elle a été très commercialisée là-bas.
    Et puis il y a maintenant des artisans qui refont certaines pièces, ou pour certains petits élément on peut remplacer le chromage par de l’argenture beaucoup moins chère. En tout cas je prend un énorme plaisir à cette restauration.

  8. bonjour
    je suis a la recherche d’une adresse ou idee
    j’ai une voiture ancienne et a l’epoque les plaques étaient genre résine l’une d’elle a étée fendue
    le support est en plastique et dessus il y a un film gris clair granulé et les chiffres noirs si vous aviez des adresses merci

  9. De mon experience.
    Il faut etre bricoleur et comprendre comment les hoses en general fonctionne, parce sur un tel projet vous allez beaucoup reflechir…
    Il faut garder le cap jusqu au bout( ce serais pas la premiere voiture qui termine en boite et completement a nu), la motivation jusqu au bout c est les point le plus important.
    Garder en tete que le demontage complet se fait en quelques jours, mais il faudra des centaines d heures de travail avant que la voiture soit prete.
    Les competences, vous pourrez les acquerir en chemin, et vous pouvez toujours confier certaines partie du job a des pro. Comme dit plus haut on se sait pas etre bon en tout.
    Et surtout, c est vari, quelques euro de plus au depart peuvent faire un grosse difference en temps et en argent.
    Bonne restauration !!!

  10. La restauration d’une voiture peut apporter une satisfaction immense. Mais: pas chaque jour. Inévitablement, il y aura des jours où tu te demanderas ce qui t’a pris lorsque tu as décidé de restaurer une voiture. Alors, il ne faut surtout pas laisser tomber les bras.

    La persévérance est la qualité la plus importante lors de la restauration d’une voiture. Sans persévérance, tu abandonneras rapidement le projet, et l’argent que tu auras déjà dépensé et le temps perdu te causeront une grande déception.

    Ne jamais abandonner! Toi aussi, tu peux réussir et arriver au bout!

  11. je restaure totalement une panhard 24 depuis 2 ans, j’ai galèré, car je ne suis pas du métier, j’ai dû apprendre à souder, à retaper la carrosserie, à mastiquer et pour cela, je pense qu’il est important aussi de se créer un réseau de connaissances. Je suis surpris de constater que beaucoup de personnes qui ne sont pas des collectionneurs sont prêtes à donner un conseil, un avis, un coup de main alors que j’ai pas encore réussi à trouver des collectionneurs attentifs à mon projet. La sensation d’un travail qui n’avance pas s’efface lorsque des amis ou des professionnels vous félicitent en voyant les travaux déjà réalisés.

  12. Bonjour
    Je suis tombé sur ce forum en cherchant des infos. En effet j aimerai vraiment me lancer dans un projet de restauration alors je cherchais des conseils que j ai en partie trouvé en lisant vos commentaires. J espère pouvoir trouver ici de nouvelles connaissances pour discuter et apprendre car je suis novice en la matière
    A bientôt

  13. Bonjour,

    Je restaure une PONTIAC GTO de 1970 et à ma grande surprise le châssis et a refaire entièrement à neuf, je ne suis pas à la hauteur pour en refaire un moi même, qui pourrais m’aidè je réside en seine et marne ( 77 COULOMMIERS ) soit en trouvant un professionnelle ou carrément un châssis neuf au USA
    au plaisir de vous entendre au téléphone 06 42 59 34 43

  14. Acheter une voiture en bon état général, notamment les chromes, les pièces irremplaçables … c’est à la fois vrai, pour celui qui veut une voiture ancienne, qui a un coup de coeur, ou qui cherche un modèle dont l’offre est pléthorique.
    Par contre, il faudra nuancer si l’on cherche un modèle précis, et encore plus si ce modèle est rare.
    Si vous voulez absolument tel modèle de telle année, il faudra prendre le premier qui se présente, ce sera peut-être le seul.
    L’avantage des voitures de qualité, c’est que tout se refait, soit on peut restaurer la pièce existante, soit la faire refabriquer. Evidemment, cela a un prix.
    Pour ma part, je recherche et collectionne les modèles « low production » américains, généralement produits à moins de 1.000 ex. (anecdotique par rapport à la production annuelle U.S.), alors quand je trouve le modèle que je cherche, je prends celle qui se présente, même rouillée ou incomplète. Par exemple, j’ai trouvé après 10 ans de recherche une Packard produite à 263 ex., qui était destinée à servir de pièces. J’ai récolté toutes les pièces démontées dans le « junkyard » américain, soit environ 80% de la voiture. Le reste pourra être reconstitué à partir d’un autre modèle « plus courant » de l’année modèle.
    Je sais évidemment que si je dois la revendre (ici en Europe, en tout cas), j’y perdrai … il reste le marché U.S. où ces modèles restent très prisés des collectionneurs avertis.

  15. bonjour , je restaure des vehicules anciens , j’en suis à mon troizieme chantier , un combi ,une 304 peugeot coupé artop, et une mini open , je pose de l’étaim est-ce que le prix change !! merçi

    1. Absolument, si vous posez de l’étain, à la place du plastique (sintofer, all métal), c’est beaucoup plus cher, cela demande plus de connaissances professionnelles et donc cela a un coût. Je suis retraité avec deux cartes de compétences valable en Amérique du Nord (tôlier-carrossier et peintre), incollable sur la qualité et les mal-façons. Il y a beaucoup de garages de réparation qui font des travaux bâclés parce que les clients ne veulent pas payer le juste prix. C’est du sabotage, les bons endroits sont très rares, il faut connaitre. Lorsque j’ai quitté la France, j’avais un CAP et un BP chaudronnier formeur aviation. Je pourrais donner des conseils à qui en veux.

  16. Je prévois de restaurer une américaine de 1963 Ford Mercury Comet.
    Elle vient de mon cousin qui me l’a donné et qui l’a eu presque neuf.
    Elle a besoin d’une restauration en carroserie et en garniture de porte.
    Ou je peux trouver un restaurateur pour les garnitures intérieures,

  17. bonjour je suis aussi en fin de parcourt de restauration avec une panhard 24 ct tout seul dans mon coin depuis 5 ans c’est vrais il faut pas baisser les bras et parfois c’est dur
    mais le résulta c’est cela qu’il faut regarder et pas trop la valeur ou le prix de reviens ça fait peur
    par contre quand on coupe la moquette des tapis ou que l’on astique les chromes quel plaisir on arrive a la fin bon courage a tous

  18. Bonjour
    Je termine la réfection de ma 2 cv fourgeonnette j ai mis 8 ans mais je l ai fait dans un box de garage’garage, c est galère l espace est aussi important que le temps de plus travailler dans un local aéré car la soudure ou la peinture dégage des vapeurs nocives

  19. Bonjour,

    Voilà déjà un an que je restaure une Honda Civic ee9 vtec de 1990 et je dois dire que j’adore ça. Je prends mon temps, j’essaye de bien gérer mon budget, je m’équipe tranquillement en matériel et en pièces pour la voiture. Il y a beaucoup de choses que je connais et d’autres choses que je découvre grâce aux tutos et internet. Bien évidemment il faut faire le tri dans tout cela. Il faut s’inscrire sur quelques forum qui permettront de recevoir de l’aide et aussi de trouver des pièces rares éventuellement. Cela dit qu’il est bien vrai que pour attaquer un projet comme une restauration soit disant accessible à tous, il faut être vraiment de nature rigoureux, téméraire, minutieux, patient et avoir une excellente jugeote. Bon courage à ceux qui s’y lancent.

  20. Bonjour,
    Je voudrais restaurer un vanette, il est a un ami a qui je veux le racheter pas cher. Il a un CT valable et est roulant mais je doute qu’il passe le nouveau CT dans l’état. Question carte grise et réglementation, comment je fais pour la mettre a mon nom pour pouvoir la reparer et ensuite passer le nouveau CT ? Jpeux pas l’acheter pour pièces ou roulant, jpeux pas ne pas faire de carte grise… Comment je fais ?

  21. Bonjour,

    il y a quelques temps (1 an). J’ai lu votre article. Il m’a fait « un peu » peur. Cela m’a permis avec les renseignements de collègues de me lancer en essayant de ne pas faire de bétises. Et pour le moment, tout va bien.

    Je souhaitais vous remercier, votre article m’a permis de me poser les bonnes questions et je me suis lancé.

    Alors un grand MERCI. 🙂

    J’ai créé un blog sur ma restauration, le lien est ici : https://peugeot202bh.blogspot.com/

  22. Bon article, équilibré. 2 choses complémentaires: avant de se lancer sur la voiture de ses rêves, faire ses classes sur une populaire (pas chère) en état correct: démonter, nettoyer, regarder la doc technique, remonter, comprendre, apprendre. Et aller prendre des cours: à ma connaissance il y a deux endroits en France: un en région parisienne, l’autre à Savenay (44). J’ajoute aussi l’existence de garages partagés (« L’Atelier du Temps » par exemple à Nantes) où on partage local, matériel et savoir-faire. Et les clubs bien sûr, ceux qui proposent des réunions techniques.

  23. Bonjour Je viens d’acheter un véhicule de l’armée et je n’arrive pas à récupérer une carte grise j’ai juste une demande de carte grise de véhicule de collection où je pourrais me renseigner pour récupérer la carte grise

  24. Bonjour,
    J’ai entrepris de restaurer une mx5 de 2001. L’intérieur est en excellent état et la mécanique est bonnes 109.000kms mais suite à une fuite d’huile sur la culasse, j’ai démonté tous les pare boues pour nettoyer le moteur…je pensais refaire les trains roulants car une cire a été salement pulvérisée sous le châssis inondant autant les faisceaux que la mécanique… et là , horreur je découvre que la voiture est atteinte de corrosion sur les deux longerons devant le berceau moteur. Les vis fixées dans ces longerons cassent au desserrage. Je suis allez voir mon garagiste pour réaliser la remise en état de ces deux longerons dont on trouve facilement les pièces mais je ne le sens pas du tout à l’aise pour entreprendre le travail.
    Je cherche donc un professionnel sur le 26, 38 ou 69 qui est habitué à ce travail…
    Tous vos tuyaux sont les bienvenus, je comptais la revendre une fois finie mais je ne veux pas la proposer avec des longerons corrodés. Je veux vendre un véhicule en état collection même si elle est encore très jeune.
    C’est mon premier véhicule et conscient de mes limites techniques actuelles j’ai priorisé cet achat avec un bon état de carrosserie, intérieur et moteur en bonne forme.je pensais n’avoir que des tâches simples…làs, je découvre les surprises de ces projets mais c’est passionnant…on s’attache…
    Merci de votre aide

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also