jeudi, juillet 18 2024

Vous êtes vous déjà posé la question de la signification du nom « Alfa Romeo » ? Dans cet article, nous explorons les origines et la signification de l’une des marques automobiles les plus célèbres au monde. Voici l’histoire Alfa Romeo !

La fondation d’Alfa et de LA 24HP

L’origine et la signification du nom Alfa Romeo remontent à la fondation de l’entreprise ALFA en 1910, lorsqu’un groupe d’entrepreneurs lombards, dont le chevalier Ugo Stella, ont racheté les actions de l’ancienne entreprise française Darracq, écrasée par la crise économique. ALFA est l’acronyme d’Anonima Lombarda Fabbrica Automobili.
Le 24 juin 1910 est devenu une date historique pour l’automobile avec l’enregistrement de l’acte notarié de constitution de la Società Anonima Lombarda Fabbrica Automobili, connue sous le nom d’ALFA, à Milan. Cette date marque la naissance d’Alfa Romeo, en tant que l’un des constructeurs automobiles italiens les plus légendaires.

Le designer Giuseppe Merosi a créé la première ALFA, la 24 HP, avec un 4 cylindres de 4 litres développant 42 chevaux, qui atteignait 100 km/h. Ce modèle incarnait déjà la sportivité qui allait devenir synonyme de la marque. Elle restera en production jusqu’en 1920.

La grande guerre et l’arrivée de Nicola Romeo

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale interrompit l’expansion d’ALFA à l’étranger et l’entreprise sombra dans la crise, incapable de convertir ses usines pour la production de guerre. En 1915, ALFA est vendue à la Banca Italiana di Sconto, qui en confie la gestion à Nicola Romeo, un ingénieur venu de la province de Naples, dont l’usine près du Portello produisait des balles. Les deux sociétés fusionnent et en 1918, lorsque Romeo reprend ALFA, c’est la naissance d’Alfa Romeo

Alfa Romeo P2

Dans les années 1920, Alfa Romeo consolide sa renommée avec de nombreux succès en course automobile. En 1923, Ugo Sivocci remporte la Targa Florio avec la RL, inaugurant l’utilisation du trèfle vert à quatre feuilles comme porte-bonheur. Vittorio Jano, nouveau directeur technique de Fiat, conçoit la P2 en 1924, avec un moteur 2.0 de 140 chevaux. La P2 permet à Alfa Romeo de remporter le premier championnat du monde automobile en 1925. Cependant, des problèmes financiers conduisent à l’éviction de Nicola Romeo en 1928.

Il est également capital de mentionner que Enzo Ferrari signa son premier contrat de pilote avec Alfa Romeo en 1920. Il gagna de nombreuses courses importantes, mais il noua surtout un rapport qui dura vingt ans avec la Maison de la Vipère et qui le conduisit à devenir le directeur du service Alfa-Corse. Après avoir quitté Alfa Romeo, Ferrari a fondé sa propre entreprise, créant ainsi la marque de voitures de sport la plus célèbre au monde, synonyme d’excellence et d’innovation dans le secteur automobile.

Alfa Romeo des années 30 aux années 50

Dans les années 1930, Alfa Romeo consolide sa réputation de constructeur de voitures de luxe et de sport de haute qualité. Au cours de cette décennie, l’entreprise a lancé des modèles emblématiques tels que l’Alfa Romeo 6C et l’Alfa Romeo 8C, qui ont dominé la course automobile internationale.

Emblématique Alfa Romeo 8C

Avec l’avènement de la Seconde Guerre mondiale, la production automobile a été interrompue et l’usine reconvertie pour la guerre. Après la guerre, Alfa Romeo reprend la production automobile, avec un engagement renouvelé en faveur de l’innovation et de la qualité. Les années 1950 marquent une période de renaissance pour l’entreprise, avec la création de modèles légendaires tels que l’Alfa Romeo 1900 et l’Alfa Romeo Giulietta, qui contribuent à renforcer sa position sur le marché mondial. La Giulietta, en particulier, est devenue un symbole de style et de performance, incarnant l’esprit sportif d’Alfa Romeo et gagnant un large public de passionnés.

Alfa romeo spider duetto

Le boom Alfa Romeo durant les sixties

Les années 1960 représentent une période de grande croissance et d’innovation dans l’histoire Alfa Romeo. Sous la houlette de Giuseppe Luraghi, la marque s’impose comme un constructeur de masse sans perdre son âme sportive. La Giulia, lancée en 1962, connaît un succès immédiat grâce à son aérodynamisme avancé et ses moteurs puissants. Cette berline était non seulement élégante, mais offrait également des performances supérieures à celles de ses concurrentes. La version sportive Giulia GTA a dominé les compétitions de tourisme pendant plus d’une décennie, tandis que la Spider 1600 « Duetto » est devenue une icône culturelle grâce au film « The Graduate ». La construction de la nouvelle usine d’Arese, ainsi que celle de la piste de Balocco, ont encore consolidé la capacité productive et technologique de l’entreprise.

Alfa Romeo

Crises et transformation durant les seventies

Les années 1970 ont été une décennie de turbulences pour Alfa Romeo. Les troubles syndicaux et les problèmes économiques ont entraîné de grandes difficultés de production. Mais les innovations ne manquent pas : l’Alfasud, lancée en 1972, marque un tournant avec sa traction avant et son moteur 4 cylindres boxer. Malgré les difficultés, Alfa Romeo continue d’innover en lançant l’Alfetta , un modèle qui allie performances exceptionnelles et design élégant. La course automobile connaît des succès significatifs, notamment dans les catégories sport-prototypes avec la Tipo 33. Cependant, les problèmes financiers persistent et la production de l’Alfetta s’avère être un lourd fardeau économique pour l’entreprise.

Dans les années 1970, Alfa Romeo continue de produire des véhicules qui incarnent l’élégance et la sportivité italiennes. L’un des modèles les plus connus était l’Alfa Romeo 2000 GT Veloce, qui fait partie de la célèbre série 105/115, également connue sous le nom de « Bertone ». Ce coupé sport, conçu par Giorgetto Giugiaro pour Bertone, allie une esthétique accrocheuse à des performances puissantes, grâce à son moteur DACT de 2,0 litres.

Ere Fiat et restructurations durant les années 80

Les années 1980 marquent le début d’une nouvelle ère pour Alfa Romeo, avec son rachat par Fiat en 1986. Cette période voit le lancement de modèles comme les 33 et 75, qui connaissent un succès commercial modéré. Cependant, le modèle Arna, fruit d’un partenariat Alfa Romeo-Nissan, fut un échec et représente l’un des points les plus sombres de l’histoire de la marque. Fiat a mis en œuvre une série de restructurations pour réduire les pertes et la dette, fermant progressivement l’usine d’Arese. Malgré ces problèmes, Alfa Romeo continue de se distinguer dans les compétitions de tourisme, la GTV 6 remportant de nombreux succès.

Alfa Romeo GTV6

Renaissance dans les années 90

Les années 1990 constituent une période de transition pour Alfa Romeo. Des modèles comme la 155, lancée en 1992, introduisaient la traction avant, un choix qui n’a pas été bien accueilli par le public historique de la marque. Cependant, le lancement de la 156 en 1997 marque un tournant. Conçue par Walter de Silva, la 156 se distinguait par son design élégant et innovant et introduisait des technologies avancées telles que la boîte de vitesses semi-automatique Selespeed et le premier moteur diesel à rampe commune au monde. La 156 a remporté de nombreux prix et a remis Alfa Romeo sur le devant de la scène. Même dans les compétitions de tourisme, Alfa Romeo a fait sa marque en remportant le championnat DTM en 1993 avec la 155 V6 TI et de nombreux titres européens avec la 156.

Parler d’Alfa Romeo mériterait que l’on évoque les mécaniques créées par la marque, du 4 cylindres à double arbres au V6 Busso, qui ont jalonné la production pendant plusieurs décennies. Ce sera l’object d’un autre article …

Désormais filiale du groupe Stellantis depuis janvier 2021 après avoir fait partie du groupe Fiat SpA et du groupe Fiat Chrysler Automobiles (FCA) de 2014 à 2021, Alfa Romeo continue d’investir dans l’innovation et le design, en préparant de nouveaux modèles. Espérons juste que la marque sera capable de maintenir vivante l’histoire Alfa Romeo, avec la tradition d’excellence et de passion qui caractérise la le blason à la vipère depuis plus d’un siècle.

Previous

Et si l’écologie, c’était de rouler avec nos voitures anciennes ?

Next

This is the most recent story.

3 comments

  1. Merci pour ce magnifique document,je suis Alfiste depuis 1979.J’èspère revoir des Alfa à moteur Thermique genre Giulia pour se démarquer de la médiocrité ambiante.Forza Alfa et Forza Italia.

  2. Alfa-Roméo une marque de voitures plus que fabuleuse. Je roule actuellement dans ma 13 iem Alfa une Giulietta diesel et je possède aussi un spider Dueto de 1987 qui affiche 187.000 km sans problème.
    Je n’ai jamais eu un seul problème avec mes Alfa et je ne changerais de marque de voiture pour rien au monde.
    Vive Alfa-Roméo

  3. Le commentaire est un peu court sur les années ’80 : après le lancement de l’innovante Alfasud (moteur boxer excellent, design sympa) et la modernisation réussie de la Giuilia en Alfetta (Ah, une berline 1.8 à petits pare-chocs !), la marque s’est perdue avec l’achat d’aciers merdiques et la plastification de tout ce qui pouvait l’être. Ne parlons pas du cauchemar des faisceaux électriques (comment dit-on « prince des ténèbres » en italien?). On disait à l’époque qu’à peine rentré du Salon avec ton catalogue Alfa, les agrafes étaient déjà rouillées au milieu ! Et c’était vrai. Etudiant, j’ai quand-même sauvé momentanément de la ferraille 1 Alfasud puis une 33, jusqu’au CT mortel suivant !
    Mais le génie est bien là ! Comparez la Giulia 1600 (née en ’63) avec une Golf GTI sortie 10 ans plus tard : 105 ch, 5 vitesses, 4 freins à disques, un tableau de bord, une sonorité et un brio extraordinaires ! C’est pourquoi je roule en Giulia Super 1600 ’72 « rosso amarante » (marron-bordeaux) depuis si longtemps !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also