dimanche, juin 23 2024

Les Britanniques ont développé un certain nombre de voitures de sport iconiques, et l’Austin-Healey 3000 est généralement mentionnée parmi elles. Ce roadster a eu une vie assez courte mais son héritage dans l’histoire des voitures classiques perdure de façon importante.

Au commencement de cette voiture et de cette marque était Donald Healey, le vainqueur du Rallye de Monte Carlo en 1931 et l’un des noms les plus vénérés de l’industrie automobile britannique. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, il était déterminé à créer une voiture de sport biplace abordable. D. Healey était un excellent concepteur et ingénieur, qui pensait que le marché avait besoin de quelque chose entre les primitives MG TD et les luxueuses Jaguar XK 120. Aidé de son fils Geoff et d’une petite équipe, il a pu concrétiser sa vision en 1952 après avoir conclu un accord avec la société Austin lui permettant de fonder une nouvelle marque et de lancer l’ Austin-Healey 100 au sein de la British Motors Corporation (BMC)

Austin Healey 3000

Même si sa première création a été bien accueillie, le modèle 3000 qui lui succède est celui qui est entré dans l’inconscient collectif. Ce fut la dernière « grosse » Healey avant le lancement de la gamme compacte Sprite. La 3000 partageait de nombreux éléments avec l’Austin-Healey 100-6 : seuls le nouveau moteur, le numéro de série et le nom étaient différents ! Cette conception presque identique a provoqué de nombreuses frustrations, mais la majorité des magazines automobiles considéraient l’Austin-Healey 3000 comme un des meilleurs rapport qualité / prix de l’époque

Ses performances signées sur des pistes telles que Sebring, Le Mans, Bathurst, etc… avec des pilotes comme Carroll Shelby, Donald Morley, Vic Elford, … ont significativement influencé l’image positive de l’Austin-Healey 3000. C’était l’une des voitures les plus rapides de son époque dont les déclinaisons rallye pouvaient abattre le 0-100 km / h en juste 6 secondes faisant des modèles conçus pour la course par la British Motor Corporation (BMC) les versions les plus recherchées.

Moteur 2.9 Austin Healey 3000

Incarnation des idéaux de son temps et possédant un charme intemporel, l’Autin Healey 3000 fut produite de 1959 à 1967. Au départ, en stricte 2 places ou 2 + 2, cette dernière s’imposant au final. La 3ème génération (Mark III, numéro de série BJ8) qui est considérée comme la meilleure fut présentée fin de 1963 et surpassait ses ainées en termes d’équipement et de puissance avec un énorme moteur 6 cylindres de 2,9 l capable de générer 150 ch (soit 16 ch de plus que la deuxième génération), grâce à un nouvel arbre à cames, des ressorts de soupapes et des double-carburateurs SU HD8, un nouveau design du système d’échappement. Quant au freinage, il est désormais assité en standard

L’Austin Healey pouvait atteindre 195 km/h avec la transmission manuelle à 4 rapports et des freins à disque avant. Son intérieur a été considérablement amélioré avec l’introduction de finitions en bois. La mise à niveau de la suspension a également permis d’améliorer la qualité de conduite. C’était l’age d’or du rayonnement de la marque Austin-Healey !

Austin Healey

Si les conducteurs des deux côtés de l’Atlantique étaient fascinés par les belles lignes de l’Austin-Healey 3000, ce modèle n’était pas le meilleur sur le plan du confort de conduite ou de l’isolation phonique. D’autres voitures similaires des années 60, comme la MGB ou la Sunbeam Alpine, étaient considérées meilleures et certainement moins chères.

L’Austin-Healey 3000 est souvent comparé avec la Jaguar Type E, qui est une autre icône britannique des sixties. Les deux ont été produits à la même période, mais la Type E a connu une durée de vie plus longue. Cela était prévisible compte tenu de l’ expérience de conduite fascinante de la Jaguar et de ses besoins d’entretien réduits. C’est ce qui explique que l’ Austin-Healey est toujours resté dans l’ombre de la Type E.

Bien que le 3000 soit le meilleur modèle Austin-Healey, elle est assez vite passée de mode. Son déclin a été principalement causé par un manque d’évolutions au cours de la décennie de sa production, en particulier sur des marchés très axés sur la mode comme la Californie où environ la moitié des Austin-Healey ont été vendues.

Austin Healey 3000 MkIII

L’annonce des nouvelles réglementations américaines en matière de sécurité automobile, en 1967, a signé l’arrêt de mort de l’Austin Healey 3000. Les dirigeants de BMC ont considéré qu’il n’y avait aucun moyen pour que leur Austin-Healey 3000 vieillissante puisse s’y conformer et décidèrent de stopper sa production. La Mark III BJ8 est restée en production jusqu’à la fin de 1967 avant de s’arrêter, sans successeur pour prendre la suite conduisant de-facto à la mort de la marque, même si D. Healey et son fils n’ont jamais pu accepter cette décision et ont développé un nouveau prototype avec un moteur Rolls-Royce. Mais c’est une autre histoire !

Environ 44.000 Austin-Healey 3000 ont été produites en 8 ans, dont 17.700 modèles de 3e génération (MkIII).

L’Austin Healey 3000 aujourd’hui

Comme la plupart des anglaises, elles ont toujours généré de l’attrait et des reseaux de fournitures de pièces origine ou reproduites sont bien implantés si bien qu’il n’y a pas de problème majeur pour la restaurer ou l’entretenir

La cote et la tendance

Le ticket d’entrée pour une MkIII en bon état est aux alentours de 30 000 euros, en raison de la rareté de la voiture et de ses performances pour l’époque. Mais il est courant qu’il faille débourser jusqu’à 100 000 euros pour un modèle en parfait état. La demande reste vive, engendrant une tendance haussière modérée mais régulière.

Previous

Achat/Vente : les nouveaux outils qui ringardisent les petites annonces

Next

Les mystères du vitrage auto révélés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also