jeudi, juillet 18 2024

Le 12 volts a été généralisé sur les voitures au milieu des années 1970, afin de répondre aux exigences de la sécurité et de confort de l’époque. Si l’on possède une voiture qui est en 6V, il peut se révéler très bénéfique d’envisager une conversion en 12 volts. Même si c’est une (petite) entorse à l’origine …

Quand on aborde ce sujet, il y a régulièrement des réactions offusquées « Un système 6V en bon état est aussi fiable qu’un système 12V »
Oui, c’est vrai sur le plan de la fiabilité. Mais il n’offre tout de même pas les mêmes performances …

Les inconvénients du système en 6 volts

Allons droit au but, l’essentiel des inconvénients du 6V est lié aux pertes de tension qui se produisent à chaque connexion et qui sont inhérentes à tout système électrique. Les différentes connexions et contacts (Neiman de contact, fusible, interrupteurs, connecteurs, embases …) induisent chacun une perte de tension. 0,1V par-ci, 0,2V par là … on a vite fait de perdre 1V entre la batterie et le culot des ampoules ou du moteur d’essuie glace.

Et perdre 1 volt sur un système 6V c’est une perte de puissance résultante de 30%.

Vérification :

Avec des ampoules de phares en BA21D en 35/35W, parfois en P45T 45/40W, ampoules de stops BA15S en 18W … les puissances en jeu sont basiquement très faibles.

Ampoule BA21D 35/35W en 6V

La Loi d’ohm nous rappelle que la puissance P = U x I et que la tension U = R x I
Si l’on prend une ampoule de phare BA21D en 35W sous 6V, on déduit qu’elle doit fonctionner en consommant P/I soit 35/6 = 5,8 A
Il devient facile de déduire la résistance R de l’ampoule égale à U/I soit 6/5,8 = 1,03 Ohm
La Loi d’Ohm nous dit également que la puissance P est égale à la tension U au carré divisée par la résistance R.

Loi d'Ohm

Et là on s’aperçoit que notre ampoule BA21D censée nous délivrer 35 petits Watts ne nous en délivre plus que 25 si la tension tombe à 5 volts à ses bornes !

A peine plus qu’une ampoule de clignotant de contemporaine ! Une chute de tension de 1 volt dans le circuit entraine une baisse de l’ordre de 30% de la puissance de l’ampoule de phare. Bref, à l’avant, le faisceau lumineux est anémique et à l’arrière, les feux de signalisation relèvent de la lueur. Il y va carrément de notre sécurité…

Faiblesses des phares 6V

Pour ne rien arranger, en 6 volts, on a uniquement des dynamos pour recharger la batterie. Et une dynamo, à bas régime ne fournit pas toujours assez de courant pour charger la batterie et fournir tous les consommateurs branchés. Alors si en plus la batterie n’est pas chargée au top, c’est la spirale infernale…

Et pour conclure, les batteries 6V coutent le double d’une batterie 12V …

Comment éviter les problèmes

On peut toujours soigner les connexions. Mais dans les années 50, les connexions se font le plus souvent avec des borniers à vis, avec des contacts par lamelle de cuivre courbée, les fusibles sont des modèles « stéatite » coincés entre deux lamelles de cuivre courbes, les pistes des contacteur Neiman sont usées, etc …
Dans le meilleur des cas, on va limiter les dégats mais pas traiter le mal à sa source

Bornier à vis de fusibles des années 50

Certains militent pour l’utilisation d’ampoules LED, moins gourmandes et prétendument plus efficaces que les vieilles ampoules de clignotants. C’est vrai et faux à la fois. La plupart des ampoules Led disponibles sur le marché ne sont pas conçues pour le 6V. Ce sont des ampoules 12V (voire 24V) et qui s’allument encore en 6V. Vous voyez la nuance ? Et encore, il faut parfois 6,5V pour l’allumer, donc quand le moteur tourne bien et que la batterie est bien chargée. Est-ce que l’on peut prendre le risque de perdre toute notre signalisation si la batterie est un peu faiblarde ou au ralenti ?
Et cerise sur le gâteau, ce n’est pas légal …

Ampoule 10-30V vendue pour 6V
Regardez bien ce qui est effectivement vendu !

Dernier point, sur les ampoules Stop / Clignotants : les optiques de nos anciennes sont prévues pour diffuser la lumière d’un filament éclairant sur 360° dans tous les plans, avec l’aide du réflecteur. Hors une ampoule LED de remplacement n’éclaire souvent que de face, avec un rendu très lumineux centré dans le cabochon, sans utiliser le réflecteur. Est-ce vraiment mieux ?

La vraie solution, la conversion en 12V

Si vous utilisez régulièrement votre ancienne en 6V, même sans rouler de nuit, il y a une composante sécuritaire à ne pas négliger et le passage en 12V nous parait souhaitable.

La conversion d’une ancienne en 12V, c’est à la portée d’un bon bricoleur soigneux. Passage en revue des éléments à remplacer :

  • La batterie
  • La dynamo
  • Le régulateur de tension
  • La bobine
  • Le starter automatique du carburateur
  • Le moteur d’essuie glace
  • Les relais / centrale clignotante
  • Le Klaxon
  • La radio
  • Toutes les ampoules

Certains éléments n’auront pas forcément à être remplacé :

  • Le démarreur 6V (moteur série) va fonctionner en 12V de nombreuses années, sous réserve de ne pas trop le solliciter
  • Pour certaines voitures, on trouve des induits de moteur d’essuie glace bobinés en 12V, il n’y a qu’à le remplacer. A défaut, on peut abaisser la tension à l’aide d’un rhéostat.
  • Les jauges (essence, température, … ) seront à traiter au cas par cas. Mais généralement, un abaisseur de tension sur leur circuit d’alimentation évitera d’avoir à les remplacer
  • L’autoradio : de nombreux postes d’époque disposent d’une entrée mixte 6/12V. Mais c’est à vérifier et à câbler en conséquence

Sur de nombreux véhicules, il est facile d’adapter des éléments provenant de millésimes ultérieurs qui sont passés en 12V d’origine lors de la généralisation de cette tension sur les voitures, au milieu des années 60. C’est toujours plus sympa d’utiliser par exemple des relais à boitier métalliques d’époque plutôt que des relais contemporains en plastique. Mais chacun voit midi à sa porte.

Une belle réfection 12V

Il est également intéressant de profiter de la conversion 6 => 12V pour remplacer la boite à fusible à bornier à vis par un modèle à cosses. Le nec plus ultra, c’est aussi de remplacer la dynamo 6V non pas par une dynamo 12V, mais par un alternateur 12V. L’avantage majeur de l’alternateur, c’est que même au ralenti, il fourni une tension et un courant aptes à charger la batterie. Et accessoirement, il est souvent plus léger qu’une dynamo. Il faudra toutefois souvent remplacer un support, une courroie, une poulie pour bien l’intégrer au moteur. Autre avantage, avec un alternateur: le régulateur est intégré.

Il existe même des alternateurs grimés en dynamo, afin de préserver le look d’origine pour ceux qui veulent au maximum préserver l’allure vintage de leur ancienne.
Mais surtout, la conversion en 12V va complètement changer votre façon de conduire. Vous verrez enfin quelque chose si vous devez rouler un peu de nuit, vos stops seront enfin visibles des autres, tout comme vos clignotants. Vos essuie glaces seront bien plus efficaces et toute l’installation électrique sera globalement plus robuste et puissante !

Pour nous qui aimons rouler dans nos anciennes, c’est un upgrade quasiment obligatoire, pour des raisons de sécurité et qui n’altère pas le coté vintage des voitures. Pour les plus exigeants, il existe même des boitiers au look d’une batterie d’époque pour y loger votre batterie 12V toute neuve !

Previous

Le parc des voitures en carte grise collection passé au crible

Next

La technique auto pour les nuls (part.1)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also