Les amortisseurs d’une voiture de collection sont une pièce d’usure dont le remplacement périodique permet de garantir une bonne tenue de route. Mais l’évolution des technologies et l’élargissement de l’offre permettent également d’améliorer notablement celle-ci.

L’amortisseur, c’est lui qui est chargé de maintenir votre pneu en contact avec la route. Il est chargé d’atténuer les oscillations de la suspension, les phénomènes de rebond et d’assurer une pression la plus constante possible du pneu sur la chaussée.

Historiquement, les premiers amortisseurs utilisaient une technologie à huile (amortisseur hydraulique) où l’huile circulait dans des chambres munies de petits orifices afin d’assurer ces fonctions de « frein » aux mouvements brusques de la suspension. Clapets, soupapes et orifices internes, volume des chambres, etc permettaient de définir un amortissement plus ou moins souple / confortable / ferme.

Principe de l'amortisseur à huile

Ceci dit, en 40 ou 50 années, la qualité des huiles a grandement progressé tout comme l’usinage des pistons présents à l’intérieur de l’amortisseur. Les pièces frittées, l’injection de poudre en acier à haute pression ou encore les traitements Téflon ont changé la donne et permettent à la fois une plus grande durabilité mais également d’ouvrir de nouvelles perspectives fonctionnelles. La fixation des amortisseurs ou encore la qualité du caoutchouc ont également été largement repensées.

Plus près de nous, un nouveau type d’amortisseur a fait son apparition : c’est l’amortisseur à gaz. De l’azote sous pression remplace alors l’air présent dans l’amortisseur. L’amortisseur à gaz a plusieurs avantages : Le gaz permet une réaction plus vive de l’ensemble, il a une sensibilité moindre à l’échauffement donc des performances plus stables et la pression ajustable du gaz en fait un bon candidat aux options de réglage.

Aujourd’hui les équipementiers se sont également multipliés et pour chaque véhicule de collection, il est aisé de trouver 3 gammes :

  • Une gamme « origine » proposant des amortisseurs hydrauliques strictement identiques à la monte d’origine (Monroe, Sachs, Boge, Magneti Marelli, …)
  • Une gamme « gaz » proposant des amortisseurs généralement plus fermes que l’origine avec des marques comme KYB ou Koni Classic par exemple
  • Une gamme « sport » proposant des amortisseurs typés « performances » comme les Bilstein ou les gammes Koni Sport

Cerise sur le gâteau, les gammes sport et certains amortisseurs à gaz sont réglables, avec une petite manipulation sur le corps de l’amortisseur, afin de privilégier tel ou tel clapet, tel ou tel orifice pré-calibré. Ceci étant, comme toujours, quand ont monte en gamme, le tarif s’en ressent

Nos choix d’amortisseurs

Pour une berline sans prétention sportive, nous optons pour un remplacement régulier avec des amortisseurs à huile de bonne marque (on dira Allemande) qui sont parfaitement adapté à un usage récréatif

Pour une voiture typée sportive, nous opterons systématiquement pour des Koni Classic à gaz. Cette gamme permet aussi d’améliorer significativement le comportement d’une berline, tout en maintenant son confort

Si l’on a des velléités pour les compétitions historiques, il faudra naturellement se tourner vers les gammes « Sport ».