samedi, juin 22 2024

Le Citroen HY est un utilitaire particulièrement séduisant. Bien que peu performant et austère, cette camionnette se rattrape par son ingénierie geek et une modestie authentique. Aujourd’hui, elles sont appréciés pour leur look désuet et décalé, mais à l’époque, le HY a contribué à remettre sur pied l’Europe de l’après-guerre.

Les passionnés d’automobiles que nous somme aiment souvent les véhicules exceptionnels qui sortent de l’ordinaire. Nos yeux et nos oreilles réagissent aux aux longues lignes épurées d’une vieille Jaguar ou au ronronnement d’un 6 cylindres et nous rêvons de routes de campagne au volant d’une petite et agile Alfa Romeo.

Citroen utilitaire

Il y a peu de personnes qui se délectent du bruit d’un Ford Transit ou qui lorgnent les lignes du Mercedes Sprinter. Au pays des véhicules utilitaires il y en a peu qui soient particulièrement séduisants, mais le Citroen HY est une des exceptions !

Un design audacieux

Au premier coup d’œil, il est difficile de déterminer à quelle époque historique appartient la Citroen HY, tant elle semble sortir d’un univers automobile alternatif. Lorsque la voiture apparait en 1947, elle a révolutionné le monde des véhicules utilitaires légers. En fait, cette industrie était pratiquement inexistante : la plupart des petits transporteurs n’étaient que des véhicules de tourisme transformés. Citroën, en revanche, est parti d’une feuille blanche avec l’objectif de construire un véhicule de travail pratique.

L’ingénieux designer de Citroën, Flaminio Bertoni, à qui l’on doit également la Traction Avant, la 2CV et la légendaire DS, a utilisé des tôles ondulées inspirée de l’ingénierie aéronautique pour développer une structure légère et solide pour la fourgonnette.

Citroen HY

La carrosserie ondulée n’est pas la seule caractéristique qui distingue le Citroen HY des autres véhicules de l’époque. Afin de maximiser le volume de chargement, le moteur était placé à l’avant et entraînait les roues avant. La mécanique de la HY est dérivée de celle de la Citroën Traction Avant, mais l’implantation est inversée, de sorte que la boîte de vitesses se trouve devant le moteur, ce qui est inhabituel. Pour économiser l’espace intérieur, Citroen a mis en œuvre une construction monocoque, une innovation même pour les voitures de tourisme à l’époque, avec une suspension indépendante sophistiquée, ainsi qu’une direction à crémaillère.

L’effet secondaire positif de cette économie d’espace est que le HY a un centre de gravité bas et une maniabilité étonnamment bonne. À l’époque, le HY de Citroen était à des années-lumière de la concurrence. Le HY doit une grande partie de sa conception au Citroën TUB (Transport Utilitaire Bas), un véhicule utilitaire datant d’avant la Seconde Guerre mondiale qui présentait une configuration similaire, mais dont la carrosserie n’était pas en tôle ondulée. Le HY en reprendra régulièrement le sobriquet …

Maître de tous les métiers

L’un des moteurs avec lesquels le HY a été le plus vendu, le 1.9 à essence, ne développait qu’une puissance allant de 35 à 50 ch. Cela peut paraître risible aujourd’hui, mais la fourgonnette pouvait transporter plus qu’elle ne pesait, offrant une charge utile de 1.600 kg, bien que ne pesant que 1.200 kg. Ses contemporaines, la Morris J et le VW Combi, ne pouvaient emporter que la moitié de ce poids.

La fourgonette HY

De plus, le HY a été conçu de manière à ce qu’une personne mesurant moins de 1m80 puisse se tenir debout à l’arrière. Compte tenu de l’aspect pratique du HY, il n’est pas surprenant que cette camionnette ait été produite pendant 33 ans, jusqu’en 1981, et que près d’un demi-million d’exemplaires soient sortis de la chaîne de montage.

Sa conception modulaire et son espace intérieur généreux en ont fait un choix de prédilection pour de nombreuses petites entreprises. Les boulangers, les bouchers, et même les fleuristes l’ont utilisé pour transporter leurs marchandises, ce qui a donné naissance à des variantes uniques adaptées à chaque métier.

Une gamme fournie

La fourgonnette s’appelait à l’origine « type H » et, au cours de sa production, plusieurs versions ont été produites, mais la HY était de loin la plus populaire. C’est pourquoi la plupart de ces fourgonnettes sont appelées génériquement HY, même si ce n’est pas toujours correct d’un point de vue technique.

Citroen HY

Les premières fourgonnettes étaient simplement appelées H, la camionnette était le HY, HX était le modèle d’entrée de gamme avec une capacité moindre et le HW pouvait supporter la charge la plus lourde. Extérieurement, de très légères modifications ont été apportées au cours de la vie du HY – les plus notables étant le changement du logo Citroën en chevron sur la calandre et l’adoption d’un pare-brise monobloc en 1964, ou encore les garde-boue arrière redessinés en 1969.

En France, la police a également adopté le Citroën HY. Le fourgon a été utilisé comme véhicule de transport de troupes ou de prisonniers, souvent surnommé « panier à salade » en raison de son apparence caractéristique avec ses vitres grillagées. Cette utilisation a contribué à la popularisation du véhicule dans l’imaginaire collectif français.

Le Citroën HY a également été utilisé pour des expéditions en Afrique, démontrant sa robustesse et sa fiabilité. Les aventuriers l’ont choisi pour sa capacité à affronter des terrains difficiles et sa facilité de réparation, des qualités cruciales pour les voyages dans des régions reculées.

Icône européenne

La plupart des HY sont restés en Europe. Enfin, en France et au Bénélux, à proximité de ses usines de production, en France et aux Pays-Bas. Les barrières douanières de l’époque rendaient difficile leur exportation, même si l’on en retrouve aujourd’hui partout dans le monde. Il y a eu une brève tentative de fabrication d’une version avec conduite à droite en Angleterre, mais il ne reste pratiquement plus rien de ces HY aujourd’hui.

Food Truck HY

Le Citroen HY a également fait plusieurs apparitions au cinéma et à la télévision, devenant un élément iconique de la culture française.

Initialement appréciés pour leur côté pratique, les HY sont aujourd’hui plébiscités pour leur look – les fourgons sont souvent transformés en élégants food trucks et en véhicules promotionnels. Le carrossier italien Caselani propose même un kit pour transformer des Citroen Jumper ou Jumpy en répliques du HY. Manifestement, l’attrait de l’excentrique fourgonnette française ne s’est pas démenti, même sept décennies plus tard…

Réplique Caselani
Previous

UNE Menace de disparition des anciennes ?

Next

Restaurer une Porsche avec des pièces d'occasion

2 comments

  1. Autant que je me souvienne, le groupe motopropulseur est placé dans le Citroën H de la même façon que dans une Citroën Traction AV ( 7, 11, ou 15 cv) , à savoir (depuis l’avant vers l’arrière), boite à vitesses, moteur, habitacle.
    Les portières suicides ont été abandonnées en 1964, pour des portières à sens d’ouverture contre le vent.
    Le levier de vitesses sélectionne les rapports sans s’incliner sur une rotule, il reste toujours vertical et doit être déplacé (fermement) dans les deux directions, vers l’avant ou l’arrière, vers la droite ou la gauche. Ce qui en rend la manoeuvre pénible. Mais très originale !!!

  2. trop souvent on entend appeler le type H du nom de « Tub » ou de HY.

    TUB est un abus de langage qui en fait désigne le véhicule d’avant guerre qui suivant les versions s’appelait TUB, TUC, TAMH (albulance) ou Cittub / Urbel dans sa version Fenwick électrique

    De même « HY » ne désigne qu’une version du type H qui en fonction de la charge et de sa carrosserie change d’appellation commerciale :

    H – 1 200 kg de Charge Utile,
    HZ – 850 puis 1 000 kg de C.U,
    HY – 1 500 puis 1 600 kg de C.U,
    HP – plateau,
    HX – plateau frigorifique
    HW – plateau nu pour les carrossiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also