De nombreuses marques ont marqué la révolution automobile des 30 glorieuses et si certaines ont perduré jusqu’à nous avec plus ou moins de chance, certaines ont disparu corps et âme au fil des événements. La marque italienne ISO Rivolta fait partie de ces disparues …

C’est à Gênes, en 1939, que l’ingénieur Renzo Rivolta, démarre une activité industrielle par la fabrication d’appareils pour l’électroménager sous la marque IsoThermos. A la fin de la guerre, Rivolta décide de se lancer dans la production de motos et triporteurs dont la demande explose. IsoThermos prend le nom d’Iso Autoveicoli Spa en 1952, d’Iso Rivolta en 1962, puis finalement d’Iso Motors en 1973

Iso Rivolta

Au commencement …

Pressentant la révolution de la mobilité du début des années 1950, Rivolta décide de progressivement de recentrer son offre pour s’attaquer au marché automobile.
C’est ce qu’il fait en lançant la production de l’Isetta en 1953, un micro véhicule 2 places, motorisé par un bicylindre de 250cm3. Originale par rapport à tout ce qui est produit à l’époque dans le monde automobile l’Isetta ressemble à un oeuf. Avec certes 4 roues, mais celles de l’arrière sont très rapprochées. Et pour s’asseoir dans cette cabine, on ouvre toute la face avant qui constitue la seule portière. Elle n’aura pas de succès en Italie ou elle ne sera produite que 2 ans fagocitée par la FIAT 500 qui est la reine des micro-citadines. En revanche, l’Isetta se taillera un joli succès en Allemagne sous licence BMW et au Brésil. Comme quoi le contexte peut déterminer le succès ou l’échec d’une voiture …

Iso Isetta

Iso Rivolta : l’age d’Or

Mais en 1962, l’Isetta est loin. Renzo Rivolta a une idée de génie : associer le style italien et les grosses mécaniques V8 américaines. ISO devient ISO Rivolta et change radicalement de cible en sortant un luxueux coupé sportif Iso Rivolta GT 300 dessiné par Giorgetto Giugiaro, alors salarié du carrossier Bertone. La conception globale de la GT 300 est signée par l’ingénieur Giotto Bizzarrini : 300ch et le moteur V8 Chevrolet qui équipe aussi les Corvettes. Les performances et le confort de ce modèle permettent à ISO Rivolta une entrée fracassante dans le microcosme très fermé des sportives de luxe. En 1965 l’Iso Rivolta Grifo A3L disposera de moteurs de 5,4l puis 7l. Une course à la puissance qui lui offre 400ch et 270km/h de vitesse de pointe.

Iso Rivolta A3-L prototype

En 1967 et 68 vont se succéder les L300 et L4 puis la super Grifo.
En 1968 c’est au tour d’une berline de luxe, la Fidia d’apparaître au catalogue, accompagnée des GT 2+2 et de la Lele en 1969. Toutes sont toujours basées sur le châsis de la GT300, raccourci ou allongé selon le besoin

Iso Rivolta GT

Si le nombre de modèles parait important, il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit au final que de petites séries artisanales sur un marché très restreint. Et c’est sans doute l’étroitesse de son marché, en plus de sa dépendance aux moteurs américains, qui va concourir à la chute d’Iso qui, en 10 ans, n’a au final fabriqué que quelques centaines de voitures…

Iso Rivolta Lele

Clap de fin

En 1971, General Motors qui fournit les moteurs veut imposer à Iso des commandes en plus grande quantité ainsi que le règlement des moteurs à la commande. Pris à la gorge, le petit constructeur ne peut lutter contre la multinationale américaine. Il essaye de se tourner alors vers Ford pour se fournir en moteurs V8 Cleveland.
Mais il est trop tard. Les coûts d’adaptation des moteurs Ford, le choc pétrolier de 1973 et le contexte politique italien du début des années 70 mettent en péril la survie de l’entreprise, coincée de surcroit entre des marques comme Maserati, Lamborghini ou Aston-Martin.

Iso Grifo GL

La famille Rivolta est contrainte de céder l’entreprise à Ivo Pera, un homme d’affaire Italo-Américain. En devenant américaine, la marque prend le nom de ISO Motors Co.
En parallèle, Ivo PERA crée une écurie de Formule 1 portant le nom d’ISO-MARLBORO dirigée par Franck Williams. Ce virage stratégique se révèle financièrement catastrophique et entraine la cessation de l’activité de construction automobile de la marque en 1974.

Iso Grifo GL

Il ne reste aujourd’hui au nombreux fans que le Musée Iso Rivolta sur le site de l’usine de Bresso et quelques centaines d’Iso Rivolta amoureusement conservées ou restaurées par leurs propriétaires de part le monde …

Logo Iso Grifo

Modèles Grifo (nombre de véhicules produits: 402 au total)

Grifo A3/L (1)
Le prototype Grifo GL.
Moteur : Corvette 327 V8, 340 ch
Transmission : Borg-Warner 4 vitesses

Grifo A3/C (22)
Il s’agit d’un style de carrosserie différent de celui de la Grifo GL et est finalement devenu la Bizzarrini GT 5300.
Moteur : Corvette 327 V8, 365 ch, 405-420 ch
Transmission : Borg-Warner 4 vitesses

Grifo A3/L Spider (1)
Prototype unique.
Moteur : Corvette 327 V8, 340 ch
Transmission : Borg-Warner 4 vitesses

Série I
Grifo GL 300 (77)

Moteur : Corvette 327 V8, 300 ch
Transmission : Borg-Warner 4 vitesses ; option, ZF 5 vitesses, Powerglide automatique ou Turbo Hydromatic

Grifo GL 350 et 365 (165)
Moteur : Corvette 327 V8, 350 ou 365 ch
Transmission : Borg-Warner 4 vitesses ; option, ZF 5 vitesses

Grifo S Targa (13)
Moteur : Corvette 327 V8, 300 ou 350 ch
Transmission : Borg-Warner 4 vitesses ; option, ZF 5 vitesses, ou Turbo Hydromatic

Grifo Super (1)
Le prototype du modèle 7 litres.
Moteur : Corvette 427 V8, 400-435 ch
Transmission : Borg-Warner 4 vitesses

Grifo 7 litres (65)
Moteur : Corvette 427 V8, 390-400 ch
Transmission : Borg-Warner 4 vitesses ; option, ZF 5 vitesses, ou Turbo Hydromatic
L’écope de capot « pagode » a été rendue célèbre par le modèle 7 litres.

Série II

L’Iso Grifo Série II, introduite en 1970, était essentiellement la même voiture que la Série I Grifo avec les phares partiellement couverts.

Grifo IR 8 (17)
Moteur : Corvette 327 V8 ou Corvette 350 V8, 300 ou 350 ch
Transmission : Borg-Warner 4 vitesses ; option, ZF 5 vitesses, ou Turbo Hydromatic

Grifo IR 9 Can Am (24)
Moteur : Corvette 427 V8 ou Corvette 454 V8, 400 ou 390 ch
Transmission : Borg-Warner 4 vitesses ; option, ZF 5 vitesses
Le Can Am avait une écope de capot légèrement plus haute que le modèle de 7 litres de la série I.

Grifo S Targa (4)
Moteur : Corvette 327 V8, 300 ou 350 ch
Transmission : Borg-Warner 4 vitesses ; option ZF 5 vitesses

Griffon (34)
Moteur : Ford 351 Cleveland V8, 325 ch
Transmission : ZF 5 vitesses ; option, Ford Cruise-O-Matic automatique