La Lotus Elan a marqué l’histoire comme étant la voiture qui fit passer le constructeur Lotus du statut d’artisan à celui d’industriel. Conçue au début des années 1960 et produite de 1962 à 1973, elle exista sous la forme d’un coupé deux places, d’un cabriolet et d’une 2+2 ainsi qu’une version compétition 26R

Lotus est plus connu comme étant l’inventeur de la Seven, kit-car génial au demeurant, et ses prouesses en Formule 1 que pour ses productions routières. L’Elan a véritablement installé le constructeur auprès du grand public, le faisant sortir du microcosme de la compétition et des officines assemblant les kits de la Seven

Elle eut un succès indéniable, avec près de 9000 voitures vendues en 11 années de production, ce qui permit à Lotus de financer son développement en compétition notamment.

Lotus Elan S3

L’Elan utilisait pour sa motorisation un moteur twin-cam (double arbre à cames) de 1558 cm3 dérivé d’une mécanique Ford mais fabriqué spécifiquement par Lotus.
Mais l’Elan est aussi une voiture bourrée d’innovations techniques avec par exemple une carrosserie en fibre de verre simple et élégante, des phares pivotants et actionnés par un ingénieux système pneumatique utilisant la dépression du collecteur d’admission et comme réserve de « vide » la traverse creuse avant du châssis.

Chassis poutre Lotus Elan

Elan Série 1 (62-64)

La première Elan présentée au salon de Londres en 1962 est une stricte deux places, équipée d’un moteur 4 cylindres Ford, d’abord en 1499cc (100cv) puis rapidement avec le 1558cc « Lotus » avec culasse double AAC Lotus permettant d’obtenir 105ch. A titre de comparaison, en 1964, Porsche sortait « seulement » 95cv de sa 356 SC, d’une cylindrée de 1563cc. Cette élégante petite caisse polyester dessinée par Ron Hickman tenait sa rigidité d’un châssis poutre en acier. La suspension bénéficiait de triangles superposés à l’avant et une technique propre à Chapman à l’arrière, brevétée sous le nom de « Jambe Chapman« . Quant au freinage, il était confié à 4 disques à étriers à deux pistons, montage particulièrement moderne en 1962 !
Par contre, les vitres se montaient à la force des mains, avec une palette accrochée à leur sommet…

Le moteur double arbre de la Lotus Elan

Elan Série 2 (64-66)

Elle ressemble beaucoup à la série 1 mais présente des améliorations d’ordre technique, un tableau de bord à placage bois, une boite à gants verrouillable, une meilleure isolation thermique côté paroi moteur, avec toujours le bloc 1558 cm³ sur tous les modèles. Les freins à disques sont optimisés.

Feux en amande Lotus Elan

Elan Série 3 (65-68)

La Série 3 marque l’évolution finale de l’Elan. Elle diffère principalement de la série 2 par sa porte de malle qui s’allonge jusqu’à la plaque et par de nouveaux feux arrières en forme d’amande. Les vitres de porte obtiennent enfin un cadre et une commande électrique.

Emma Peel dans Chapeau Melon et bottes de cuir

La Lotus Elan a été mise à l’écran dans la série culte Chapeau Melon et Bottes de Cuir dont l’héroïne Emma Peel (interprétée par Diana Rigg) conduira successivement deux Lotus Elan, d’abord une Elan S S2 de 1964 blanche (sa voiture personnelle) puis une Elan S3 de 1966 bleu métal. Le duo Emma Peel / Lotus Elan fonctionne particulièrement bien à la fin des années 60, symbolisant l’émancipation des femmes qui accèdent aux univers réservés jusque-là aux hommes. Avec l’Elan d’Emma Peel, Steed et sa Rolls-Royce Silver Ghost de 1923 sont renvoyés à un passé victorien ringard !

Les étonnants phares de la Lotus Elan

Elan Série 4 (68-70)

Sur les versions Elan S4/SE DHC 1970 apparaissent de nouveaux feux arrières carrés, des ailes élargies, de nouvelles roues chaussées de pneus 155×13, une bosse sur le capot sur certains modèles pour accueillir de de nouveaux carburateurs plus encombrants. Les poignées de portes extérieures sont plus massives et le tableau de bord est modifié pour présenter moins de parties saillantes. L’habillage des portières est aussi modifié. Mais l’Elan a perdu un peu de sa ligne originelle.

Elan +2 S130

L’Elan « +2 » (67-74)

Cette dernière version est née d’une idée simple. Colin Chapman, souhaitant conserver la clientèle des jeunes pères de familles aisées contraints de se défaire à contre cœur de leur Elan 2 places. Alors, il créa une version munie de deux petites places supplémentaires !

La Lotus Elan +2 offre une maniabilité et des performances Lotus tout en pouvant accueillir deux adultes et deux jeunes enfants. La Lotus +2 est restée en production jusqu’en décembre 1969, tandis qu’à partir d’octobre, une nouvelle +2S a été présentée pour coiffer la gamme d’une version plus luxueuse, comprenant des garnitures intérieures améliorées, des phares antibrouillard et un alternateur. Pour la première fois, une Lotus n’était proposée ici que sous une forme « clé en main », et non plus en kit.

Le résultat final était un coupé 2+2 avec un charme et un style indéniables, capable de vraiment rouler à 195 km/h et abattant le 0 à 100 km/h en environ 8 secondes. En 1971, la version +2 « S 130 » disposait de 126 ch grase à des soupapes agrandies, et se reconnaissait immédiatement grâce à la livrée argent métallique de son toit.

Lotus Elan +2S 130

Le nouveau moteur « Big Valve » deveoppant 126cv permettait a l’Elan de passer la barre symbolique des 200km/h. En octobre 1972, une transmission manuelle à cinq vitesses a été ajoutée au catalogue pour la version baptisée « +2S 130/5 » permettant à l’Elan de tirer « plus long » et donc de diminuer son bruit.

La production de la famille Elan +2 a totalisé 5.168 unités. Ce chiffre est parfois sujet à controverses, les archives de Lotus ayant disparu lors d’un incendie.

La Lotus Elan reste référence dans le domaine des voitures de sport légères, puissantes et relativement confortables. Véritable icône outre-manche, elle est relativement rare en France.

La cote Lotus Elan

La cote s’étire d’environ 30.000 euros jusqu’à 45.000 euros pour séries 1 à 3 en excellent état.
Pour les S4 et les +2, c’est globalement 25% de moins, ces modèles étant moins recherchés. Bien entendu, les modèles à restaurer se positionnent largement sous ces chiffres