mardi, avril 16 2024

Les controverses sur les voitures de collection sont fréquentes dans le milieu et engendrent des positions clivantes, preuve de la pluralité d’idées mais parfois de conflits ou de scission au sein des communautés. Faisons le tour des huit principaux sujets de controverse.

1. Restauration authentique vs. restauration personnalisée

Restauration authentique : Certains passionnés de voitures de collection considèrent la restauration authentique comme la seule approche valable. Ils estiment que préserver l’histoire d’une voiture en maintenant chaque pièce d’origine est essentiel pour préserver sa valeur historique et sa signification. Les puristes soutiennent que même les imperfections, les erreurs techniques et les marques du temps sont précieuses et racontent l’histoire du véhicule.

Restauration personnalisée : D’un autre côté, ceux qui privilégient la restauration personnalisée argumentent que cette approche permet de donner une nouvelle vie aux anciennes voitures. Ils considèrent que les améliorations modernes peuvent augmenter les performances, la sécurité et le plaisir de conduite. La personnalisation permet également aux propriétaires d’exprimer leur créativité et de créer des véhicules uniques. On parle alors de RestoMod

912 restomod

2. Originalité vs. modification esthétique

Originalité : Certains collectionneurs insistent sur la préservation du look d’origine des véhicules de collection, même si cela signifie maintenir des composants usés ou obsolètes. Ils soutiennent que l’authenticité historique est essentielle et que les modifications peuvent dénaturer la valeur du véhicule en tant que témoin de son époque.

Modification : En revanche, ceux qui sont en faveur de la modification de l’aspect du véhicule argumentent que l’adaptation des véhicules anciens à l’esprit moderne est nécessaire pour les maintenir sur la route. De plus, les modifications esthétiques peuvent attirer un public plus large et plus jeune vers les voitures de collection, ce qui contribue à préserver leur héritage.

3. Conduite régulière ou musée

Conduite : Certains collectionneurs préfèrent utiliser régulièrement leurs voitures de collection, affirmant que la vraie essence de ces véhicules ne peut être appréciée que sur la route. Ils soulignent que les voitures sont conçues pour être conduites et que les laisser prendre la poussière dans un garage les priverait de leur but initial.

Musée : D’un autre côté, certains estiment que les voitures de collection doivent être préservées dans un état de musée pour garantir leur valeur à long terme. L’utilisation régulière peut entraîner une usure et une dépréciation, ce qui, selon eux, compromet l’authenticité et la valeur historique des véhicules. L’argument vaut essentiellement pour les véhicules dans un état de rareté et de préservation (ou de restauration) exceptionnels.

Jaguar accident et assurance

4. Valeur financière vs. passion

Valeur financière : Certains collectionneurs abordent l’achat de véhicules de collection principalement comme un investissement financier. Ils considèrent les voitures anciennes comme un moyen de réaliser des bénéfices à long terme et mettent l’accent sur la valeur de revente.

Passion : D’autres collectionneurs, en revanche, sont motivés par leur passion pour les voitures anciennes, plaçant l’émotion et l’histoire au-dessus de la valeur financière. Pour eux, la satisfaction de posséder et de restaurer des véhicules historiques est la principale récompense.

5. Éthique de la restauration

Restauration complète : Certains collectionneurs sont en faveur d’une restauration complète des véhicules, y compris la réparation de toutes les pièces endommagées ou usées, argumentant que cela permet de préserver au mieux l’authenticité et la valeur du véhicule.

Conservation patrimoniale : D’autres plaident en faveur d’une approche plus conservatrice, arguant que la préservation de l’usure naturelle peut avoir sa propre valeur historique. Ils estiment que la restauration excessive ou « plus neuf que neuf » tel que proposée par certaines officines spécialisées peut effacer la patine du temps et de l’usage, qui font partie intégrante de l’histoire du véhicule.

Stock neuf d'époque

6. Authenticité des pièces de rechange

Pièces d’origine : Certains collectionneurs insistent sur l’utilisation exclusive de pièces d’époque (New Old Stock / Stocks Neuf d’Epoque) chaque fois que cela est possible, car elles sont considérées comme essentielles pour maintenir l’authenticité du véhicule mais également sa sécurité, car étant seules à garantir la conformité aux exigences du constructeur.

Pièces de rechange reproduites : D’autres collectionneurs considèrent que l’utilisation de pièces de rechange reproduites est acceptable, en particulier lorsque les pièces d’origine sont introuvables ou en mauvais état. Ils soulignent que l’existence du marché des pièces reproduites est un rempart contre la spéculation .

7. Historique et provenance

Historique et provenance documentées : Certains collectionneurs insistent sur l’importance de disposer de documentation historique complète et de preuves solides de l’origine et de la provenance du véhicule. Cela peut inclure des historiques de propriété, la facture d’achat, des factures d’entretien. On entend également ce type d’argument quand une voiture est restée plusieurs décennies dans la même famille, par opposition a un véhicule qui a été vendu et revendu tous les 5 ans.

Débat sur la provenance : D’autres peuvent être plus tolérants à l’absence de documentation, en se concentrant davantage sur la qualité intrinsèque du véhicule lui-même. Cependant, il est important de noter que la provenance peut avoir un impact significatif sur la valeur et l’authenticité.

Controverse rétrofit

8. Electrification ou mécanique d’origine

Elle est peut-être la plus actuelle et la plus clivante des controverses sur les voitures de collection …

Electrification : Une frange de collectionneurs considère que le « retrofit » (l’électrification d’une voiture ancienne) lui permet d’avoir un avenir serein et de continuer à évoluer notamment dans le centre des villes où les véhicules thermiques sont progressivement exclus. Ils y voient également un moyen d’inclure le véhicule de collection dans le mouvement général de décarbonation de l’automobile.

Mécanique d’origine : D’autres considèrent que le moteur d’une voiture de collection, c’est son ADN profond et que la priver de ce qui a fait son caractère, ses succès, sa spécificité revient à en faire une autre voiture, en lui ôtant ce qui faisait sa saveur : son bruit, son odeur, ses sensations. Le rétrofit pose également, selon eux, un problème pour valoriser un véhicule ainsi modifié.

En conclusion, les controverses sur les voitures de collection sont riches de débats, chacun de ces sujets suscitant des arguments valables des deux côtés, même si globalement l’ensemble des sujets tournent autour d’une approche conservatrice ou progressiste de la voiture de collection.
Il n’y a pas de réponse unique, car les choix dépendent souvent des préférences personnelles et des objectifs des collectionneurs individuels. La diversité d’opinions et d’approches fait partie intégrante de l’univers fascinant des véhicules de collection.

Précédent

Pegaso Z-102 : La perle espagnole des 50's

Suivant

Fiat 600 Multipla, nouvelle star des enchères

6 comments

  1. oui à la preservation des autos de collection c est notre Patrimoine Industriel que l on doit preserver …. quel que soit le pays d origine de l auto … mais plus de 40 ans mérite le Respect inconditionnel ….

  2. Pour moi, un véhicule de collection doit rester le plus possible comme sortie de chaîne, sans transformation. Une voiture, c’est une page d’histoire qui représente la marque une année donnée. Montrer une Simca 1100 de 1968 non modifiée, c’est montrer la première voiture française ayant traction avant + moteur transversal + hayon, ce qui est la base de toutes les voitures (thermiques) modernes actuelles depuis plus de 50 ans. Cela a du sens.

  3. Bonjour,
    Ce qui m’énerve au plus haut point c’est que de plus en plus de gens font l’achat d’un véhicule pour spéculer sur le prix de revente, et par la même privent les véritables Passionnés, pas très fortunés, d’acquérir ce même véhicule.
    De plus, je ne vois vraiment pas l’intérêt de laisser ce véhicule dans son garage (à moins que cela soit 1 des seuls exemplaires).
    Ce n’est absolument pas de la jalousie, chacun faisant ce qu’il veut, pour ma part, je suis pour le partage démonstration de ces superbes véhicules avec le plus grand monde.

  4. l’automobile de collection pour son propriétaire est une affaire de passion dans la plupart des cas, et pour la plupart des collectionneurs une passion qu’on ne voudrait pas etre une mauvaise affaire financière et d’affaires strictement financières pour une minorité.
    Pour ma part j’essaie le plus possible pour autos et motos de les conserver dans un état similaire à l’origine .
    Pour les autres collectionneurs dont les catégories sont évoquées chacun exprime sa passion dans le véhicules de collection comme il le souhaite et la tolérance exige que tout collectionneur respecte le choix d’autrui.

    1. Ne soyez pas trop naif. Les officines spécialisées dans « l’investissement » dans la voiture de collection sont légion. Il suffit de poser la question à Google, il vous enverra vers des officines du genre Classic Auto Invest et assimilés.
      Mais attention au retournement de situation : si avant le Covid les rendements d’épargne proches de 0 encourageaient les investisseurs à chercher ailleurs des investissements rapportant 5 à 10% l’an (les voitures de collection, donc) les choses sont différentes aujourd’hui et il es assez facile de trouver des placements à 5% et ces spéculateurs vont se détourner de la voiture ancienne. Moins de demande = baisse des prix… soyez patients

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifier aussi